lundi 6 février 2012


Malheureusement les idées de messages ne fusent pas, l’inspiration pour écrire n’est pas là, alors je vais sans doute enchainer les espèces de critiques dans les jours à venir. En voici une que j’avais oublié dans mes dossiers.

C’est quoi l’histoire ? Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie. - Tel est le résumé que nous trouvons sur la quatrième de couverture. Il est clair que ça ne dévoile pas grand-chose mais que cela met pas mal l’eau à la bouche. Je vais donc donner quelques précisions ; En fait c’est l’histoire de Joséphine, de sa sœur et d‘un tas d‘autres personnages. Joséphine c’est pas tout à faire la femme parfaite, ni belle ni intéressante, elle est historienne spécialisée dans l’étude du XIIe siècle et vient de se faire lâcher par son mari. Ce dernier s’envole pour l’Afrique avec sa maîtresse et la laisse avec ses deux filles. À l’opposé, il y a sa sœur Iris. Elle est belle, riche, intelligente, mariée. Une vie parfaite. Un jour, au courant d’un repas, celle-ci prétend qu’elle écrit. Chose qu’elle ne sait ni n’a la volonté de faire. Elle persuade donc Joséphine d’écrire à sa place. Endettée à cause de l’abandon de son mari, Joséphine accepte. Parallèlement à cette intrigue principale, un tas d’autres choses et personnages se mêlent et s’emmêlent.

Ce que j’en pense ; Je vais essayer de ne pas trop faire l’éloge de Katherine Pancol. Elle est une de mes auteurs préférés, et je suis totalement fan de son style alors forcément je suis séduite à chaque fois.

Les thèmes abordées sont ceux de la vie. J’ai trouvé que l’argent était pas mal présent dans ce livre - surtout avec l‘histoire des dettes de Joséphine -. Presque tout tourne autour. Un peu comme dans notre quotidien n’est-ce pas ? Il y a aussi l’amour, vue sous toutes ses couleurs ; infidélité, divorce, bonheur, amourette, nouvelle flamme. Ce qui nous amène à en revoir la définition quand on découvre la vie de certains personnages. Puis la manipulation, la domination, la confiance en soi et l’ambition, tant de choses qui motivent chaque individu, sont peints d’une façon très réaliste et dure. Il en découle des rêves ou des désillusions. C’est beau et douloureux à la fois. Le véritable reflet de notre société actuelle.

Bien qu’il tire un peu en longueur, il suffit d’enchainer cinq ou six pages pour se replonger totalement dedans quand on le reprend en main. On veut que Joséphine s’affirme, que sa sœur cesse de la mener à la baguette et que sa fille aînée soit moins méchante. J’ai d’ailleurs détesté cette dernière. Une véritable peste mais qui à la fin nous surprend et nous séduit.
Deuxième légère mauvaise note au niveau des personnages que j’ai trouvé un peu trop caricaturés, enfin ce n’est pas vraiment le mot. Disons que dans leur spécificité ça allait dans l’extrême et du coup ça ne me paraissait plus aussi réaliste alors qu’à l’habitude Pancol parvient à faire de la réalité une véritable poésie.

Je recommande Les Yeux jaunes des crocodiles si on n'est pas effrayé par les pavés de 600 pages, parce qu’il faut un peu s’accrocher pour le terminer. Néanmoins c’est un délice. La réalité en une œuvre d’art, tableau ou poésie je vous laisse choisir.
« Les gens croient que l’important, c’est la qualité du temps qu’on donne à son enfant, mais c’est aussi la quantité parce qu’un enfant ne parle pas sur commande. Parfois, on peut passer toute une journée avec lui et c’est le soir, en voiture, quand tu rentres à la maison, que, tout à coup, il se délivre et dépose un secret, une confiance, une angoisse. Et tu te dis que tu as attendu tout ce temps-là, tout ce temps que tu croyais perdu et qui finalement ne l’était pas. » Les Yeux jaunes des crocodiles. - Katherine Pancol.

8 commentaires:

Bérénice ♥ a dit…

Mais de rien :)

Layenko a dit…

j'aime bcp la citation !

Lore. a dit…

Il a l'air super cool ce livre :) Et la citation l'est aussi
Bise xx

Just a frenzy girl a dit…

Un de mes livres préférés! je vais d'ailleurs lire le 3e tome des que j'aurai un peu de temps :) Dans le deuxieme Hortense, je l'adore <3

Nelly. a dit…

C'est drôle que tu publies un article sur ce bouquin, je viens enfin (oui il était temps, mea culpa) de l'acheter. C'est une pure merveille !

Jade a dit…

J'adore ces livres !

Jade a dit…

Sinon ça fait loooooooongtemps que j'étais pas passée ici! J'aime beaucoup en tout cas :)

A L E X I A a dit…

Je l'ai !
Mais je l'ai pas encore lu...

J'aime beaucoup ton petit univers !
À bientôt, bisetteeee