samedi 25 février 2012

We never fight, we always smile.

“He’s not perfect. You aren’t either, and the two of you will never be perfect. But if he can make you laugh at least once, causes you to think twice, and if he admits to being human and making mistakes, hold onto him and give him the most you can. He isn’t going to quote poetry, he’s not thinking about you every moment, but he will give you a part of him that he knows you could break. Don’t hurt him, don’t change him, and don’t expect for more than he can give. Don’t analyze. Smile when he makes you happy, yell when he makes you mad, and miss him when he’s not there. Love hard when there is love to be had. Because perfect guys don’t exist, but there’s always one guy that is perfect for you.” Bob Marley.


Je n'ai pas beaucoup de photos de nous deux - pour ne pas dire quasi aucune -, et j'espère vraiment qu'il ne m'en voudra pas en voyant celle-ci ici. Parce que bon, on est pas franchement du genre à exhiber notre couple ; pas de statut sur facebook, pas de mots doux sur les murs, etc. D'ailleurs, lorsque j'en vois le faire, cela me dérange. Quel intérêt y-a-t-il à autant dévoiler son intimité ? Pourtant, je suis une blogueuse, et c'est là ce que je fais tout le temps. Je m'expose à la vue et aux jugements de tous, sans la moindre crainte même. Mais je ne comprend pas ces couples qui s'affichent en s'écrivant je t'aime à tout bout de champ, qui comptent les mois, et tout ce qui va avec. Enfin, chacun fait ce qu'il lui plait, pas vrai ? Je refuse en tout cas de faire la même chose. Nos mots d'amour ne regardent que nous, et quelques fois vous lorsqu'il m'inspire quelques lignes.

Je tenais juste à lui faire une véritable place sur mon blog, parce qu'il la mérite. Après tout, ce petit homme - ou ce grand enfant - il se trouve que c'est mon sale gosse mais aussi une grande partie de mon bonheur. Je n'irais pas dans les détails, mais le chemin fut long pour en arriver à ce que nous sommes aujourd'hui. Par les débuts difficiles qu'on a eu, et la fille compliquée que je suis, j'peux vous dire que l'un comme l'autre, on en a vu des bonnes. Aucune dispute, mais des histoires étranges, et Dieu sait comme on en a perdu du temps à cause d'elles. Presque un an en fait. Heureusement, nous voilà à nouveau ensemble depuis maintenant neuf jolis mois.Neuf jolis mois durant lesquels je n'ai fait que rire. On se complète dans notre bizarrerie, on se supporte mutuellement, et on se bagarre comme des gamins. On fait rire nos amis par ce côté enfantin de notre relation. C'est ce que nous leur laissons voir, gardant le meilleur pour nous. Car plus que de me faire rire, il me couvre d'amour. Je me sens aimée, acceptée telle que je suis, et épaulée. Il me soutient, il me fait confiance et j'ai confiance en lui. Je me confie difficilement et rarement, mais je sais que je peux le faire et c'est ce qui compte. Je crois qu'il comprend mes silences et je lui en suis tellement reconnaissante. Oui, voilà le bon mot. Reconnaissante. Merci, sale gosse. Merci pour tout.

3 commentaires:

tobeHipster a dit…

Je te souhaite encore énormément de bonheur avec ton amoureux ! & puis.. Cette citation de Bob Marley est tout simplement parfaite.

Deltoïde a dit…

oh il est magnifique ce post :) je vous souhaite plein plein de bonheur! :D

Romky kp a dit…

Je me reconnais trop dans ce texte, ça me fait presque peur...